Thème d’enquête 1. Qu’est-ce que le changement climatique et pourquoi s’en préoccuper?

Photo: (2019). Michael Weatley Photography

Ce premier thème d’enquête renferme plus d’activités que la classe est susceptible de pouvoir accomplir. Nous en avons inclus plusieurs pour permettre à tous les types de classes de trouver des idées, des questions et des activités qui inspireront leur apprentissage.

Le changement climatique est un problème pernicieux qui se répercute de plus en plus sur la santé humaine, la répartition des espèces et la capacité des écosystèmes de subvenir à nos besoins physiques, économiques, sociaux et environnementaux. Les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et d’autres importantes organisations scientifiques révèlent une urgence croissante. Outre cette urgence, les reportages des médias sont régulièrement apocalyptiques, ce qui peut semer l’anxiété chez la population, voire la paralyser.

Dans ce thème d’enquête, nous suggérons aux éducateurs de commencer par demander à leurs élèves s’ils ont été témoins d’une action qui les inspire à prendre des mesures pour remédier au changement climatique. Nous leur suggérons aussi de structurer les voies d’apprentissage de façon générale en reliant les gestes que les élèves décrivent et considèrent comme étant pertinents et importants pour eux.

Le climat du Canada change à un rythme accéléré : depuis 1948, sa température terrestre annuelle moyenne a augmenté de 1,5°C—ce qui représente environ le double de la moyenne de réchauffement mondiale (Ressources humaines Canada). « L’influence humaine sur le système climatique est évidente, et les récentes émissions anthropogéniques de gaz à effets de serre sont plus élevées que jamais auparavant. Les récents changements climatiques ont eu de vastes répercussions sur les systèmes humains et naturels. » (GIEC). Certes, il y a de nombreuses forces naturelles qui jouent un rôle pour déterminer le climat de la Terre : l’orbite de la Terre autour du soleil, les courants changeants des océans, les importantes éruptions volcaniques et l’inclinaison de la Terre, et il y a de nombreuses preuves démontrant que la planète s’est réchauffée et refroidie au cours des décennies précédant l’existence des êtres humains. Toutefois, ces changements ne se sont jamais manifestés à un rythme aussi rapide ou n’ont jamais aussi été marqués que ceux observés depuis l’ère pré-industrielle, et ces changements ne peuvent être expliqués par aucun phénomène naturel (Prairie Climate Centre, site web en anglais seulement). Bien qu’il y ait lieu de s’inquiéter de ces changements, ceux-ci représentent un appel à l’action pour remédier à ses effets actuels et futurs.

Parmi ses nombreux effets, le changement climatique touche la biodiversité et les écosystèmes, et mène à la disparition et à l’extinction d’espèces. Si la communauté mondiale était en mesure de limiter l’augmentation de la température à 1,5 degré, les répercussions sur les écosystèmes terrestres, côtiers et des eaux douces seraient appelés à être moins marqués. Selon le Comité d’experts sur les risques posés par les changements climatiques et les possibilités d’adaptation, le Canada est confronté à des risques considérables, dont la probabilité de pertes, dommages ou perturbations considérables, sur une période de 20 ans, dans les domaines suivants : agriculture et alimentation; communautés côtières; écosystèmes; pêches; foresterie; dynamique géopolitique; gouvernance et capacité; santé humaine et bien-être; modes de vie autochtones; communautés nordiques; infrastructure; et eau water.

Dans l’ensemble, les Canadiens sont plutôt convaincus de la réalité du changement climatique. En effet, 85 % d’entre eux le sont, d’après un récent sondage effectué par Dre Ellen Field et L’éducation au service de la Terre. Toutefois, la population est moins convaincue que les êtres humains sont la cause principale du réchauffement du climat : seulement 43 % des répondants estiment que le changement climatique est causé par l’activité humaine. Lorsque cette opinion est mise en opposition avec le vaste consensus scientifique voulant que le changement climatique soit d’origine humaine, on comprend clairement la nécessité d’offrir un enseignement plus complet sur ce sujet. Dans le cadre d’un examen détaillé de 11 944 résumés sur le climat de 1991 à 2011, Cook et coll. ont conclu que 97,1 % d’entre eux appuyaient la position consensuelles voulant que les êtres humains causent le réchauffement de la planète.

Selon une autre conclusion tirée du rapport sur le sondage, Canada, changement climatique et éducation : Possibilités en matière du système d’éducation formel et de l’éducation du public, 46 % des élèves de 12 à 18 ans sont catégorisés comme étant « au courant », c’est-à-dire qu’ils comprennent que le changement climatique d’origine humaine est une réalité, mais ne croient pas que les efforts déployés pour y mettre un terme porteront leurs fruits. Cela représente donc une occasion, pour les écoles, d’aider les élèves à comprendre qu’il existe des stratégies et des solutions pour remédier au changement climatique si tous les secteurs agissent dès aujourd’hui.

Pour mobiliser vos élèves et les inciter à entamer leur réflexion, choisissez une ou plusieurs des idées de provocation suivantes :

Idée 1 : Carte d’affinités 

Commencez par demander aux élèves de choisir une action dont ils ont été récemment témoins et qui les a inspirés à lutter contre le changement climatique. Vous pourriez aussi leur demander de nommer une ‘action collective’ qui prouve que les pays ou de grands groupes de personnes peuvent travailler ensemble pour amener le changement. Une autre option consiste à demander aux élèves de nommer une de leurs « inquiétudes » au sujet du changement climatique.

Puis, ensemble, créez une carte d’affinités pour regrouper, étiqueter et caractériser les enjeux sous des idées générales ou des thèmes connexes.

Photo de l’atelier de perfectionnement profession de LST au conseil scolaire de district Thames Valley (2019)[/caption]

 

Idée 2. Vidéos

  1. Une nouveau rapport met en lumière les risques climatiques pour les collectivités canadiennes [The National]- 3 min 34 sec (en anglais) Un rapport produit à l’intention du gouvernement fédéral met en lumière les six principaux risques pour les collectivités canadiennes.
  2. Rudiments du changement climatique avec Bill Nye [National Geographic]- 4 min 09 sec (en anglais) Le changement climatique est un problème véritable et grave. Dans cette vidéo, « Bill Nye, the Science Guy », explique ses causes, ses effets sur notre planète, les raisons d’agir rapidement pour remédier à ses effets et les façons dont chaque personne peut contribuer à une solution.
  3. L’empreinte de mon cheeseburger [Margaret Sanchez]- 2 min 14 sec (en anglais) Cette vidéo suit le parcours des 10 livres de dioxyde de carbone engendrées par la production d’un seul cheeseburger
  4. La physique des gaz à effet de serre [PBS]- 2 min 15 sec  (en anglais) Cette capsule vidéo décrit la façon dont l’activité humaine accroît la concentration des gaz à effet de serre et explique ses répercussions possibles sur les températures mondiales.
  5. Changement climatique : une géante partie de Tetris pour la Terre [Joss Fong]- 2 min 48 sec (en anglais) Cette vidéo explique le changement climatique à l’aide d’une partie de Tetris.
  6. Trois finalistes du slam de poésie Climate Speaks 2019 : (des élèves du secondaire de l’état de New York décrivent, au moyen d’un langage éloquent, créatif et poétique, leurs expériences et leurs idées au sujet du changement climatique)
    1. On Climate Denial par Jordan Sanchez
    2. Earth’s Downfall par Jenny Gomez
    3. Off-Beat par Eliza Schiff

Idée 3.  Promenade dans le quartier

En classe, faites une promenade dans le quartier pour repérer des occasions d’apprentissage au sujet du changement climatique. Demandez aux élèves de repérer des systèmes naturels, humains et construits qui ont des répercussions sur le changement climatique et de trouver des preuves démontrant que ces systèmes ont été modifiés par le changement climatique (intentionnellement ou non).

Pendant votre promenade, étudiez tant l’environnement naturel (zones d’inondation, stress des arbres, floraison à des moments inhabituels, etc.) et l’environnement construit (surfaces perméables ou imperméables, sources d’énergie, options de transport, possibilités d’efficacité énergétique ou de transport actif, partenaires communautaires potentiels, etc.).

Demandez aux élèves de documenter leurs observations à l’aide de photos, de dessins ou de notes.

Voici d’autres éléments à examiner pendant la promenade :

  • Pistes cyclables
  • Parcs (aires naturelles)
  • Voitures
  • Égouts
  • Entreprises locales
  • Zone anti-marche au ralenti

À ce stade-ci du thème d’enquête, nous désirons attiser la curiosité des élèves et tabler sur les provocations qui ont suscité leur intérêt. Pour ce faire, nous les incitons à générer des questions pertinentes pour favoriser la continuation du processus d’apprentissage. La présente section décrira diverses façons de le faire, selon les provocations choisies .

Idée 1.  Carte d’affinités : Inspiration climatique

En fonction des enjeux tirés de la création d’une carte d’affinités, utilisez la technique de formulation de questions.

Avec ces questions, répétez l’exercice de création d’une carte d’affinités afin de créer des groupes.

Après avoir trié les questions, développez des catégories et demandez aux élèves de travailler en équipes ou individuellement pour concevoir des questions générales axées sur les « grandes notions » du changement climatique. Ces questions contribueront à orienter le thème d’enquête.

Idée 2.  Question de suivi sur les vidéos

Questions générales :

  • Qu’est-ce qui vous a étonné dans ce que vous avez entendu?
  • Croyez-vous devoir poursuivre vos recherches avant être entièrement convaincu?

Comment ces nouveaux renseignements se rapportent-ils à vos connaissances actuelles sur le changement climatique?

Vidéo 1

En parlant des leaders communautaires, le journaliste de CBC dit qu’ils ont deux choix : « s’adapter ou s’adapter ». Que pensez-vous qu’il tente réellement de dire par cette affirmation?

Vidéo 2

Quelles sont certaines des différences entre les changements climatiques historiques et ceux que nous observons actuellement? Pourquoi cette distinction est-elle importante?

Selon Bill Nye, la principale conclusion qu’il faut tirer de la vidéo, c’est que ‘le changement climatique est un problème véritable.’ Il s’agit là d’une affirmation simple qui s’appuie sur de nombreuses preuves, mais au sujet de laquelle tout le nombre n’est pas d’accord; pourquoi est-ce encore le cas? Comment cette opposition pourrait-elle ralentir les progrès?

Vidéo 3

Le lien décrit dans cette vidéo entre l’activité humaine et les gaz à effet de serre ne vient pas immédiatement à l’esprit. Êtes-vous étonné des répercussions d’un cheeseburger? Pourquoi ou pourquoi pas? D’après vous, quels aliments seraient susceptibles d’engendrer moins de gaz à effets de serre dans leur production?

Vidéos 4 et 5

Créez une visualisation des gaz à effet de serre et illustrez certaines des façons dont les êtres humains contribuent à l’accroissement de leur concentration.

Les élèves jouent le rôle d’enseignants : invitez les élèves à décrire les gaz à effet de serre dans leurs propres mots. Comment enseigneriez-vous ce phénomène à un camarade, à un élève plus jeune ou à un parent?

Est-ce que Tetris illustre bien les gaz à effet de serre? Pouvez-vous penser à une autre analogie?

Vidéo 6
(choisissez une vidéo, ou répartissez les élèves en groupes pour analyser des poèmes différents)

  • Regardez la vidéo au moins deux fois : d’abord individuellement, puis en petits groupes ou avec la classe entière
  • Quels messages ces élèves tentaient-ils de véhiculer?
    • Extrayez les mots et les expressions spécifiques qui évoquent le message
  • Comment le titre du poème se rapporte-t-il à son contenu?
  • Comment les poètes ont-ils fait appel à l’émotion et à la performance pour véhiculer leur message?
  • Comment vous êtes-vous senti en les écoutant?

Idée 3.  Suivi de la promenade dans le quartier

Adapté du plan de leçon Ma sensibilisation au climat de la région de Peel à l’intention des élèves de 9e année (en anglais)

  1. Après la promenade, les élèves réfléchiront aux façons d’adapter les éléments qu’ils ont repérés au changement climatique ou de contribuer à en réduire l’impact. Les élèves seront appelés à imprimer ou à afficher les photos qu’ils ont prises et de décrire, à l’aide de papillons amovibles, si l’élément en question touche positivement ou négativement le climat et la façon dont il a été adapté au changement climatique ou pourrait l’être.
  2. Schématisez les interdépendances. Pour ce faire, créez une vaste carte illustrant le parcours de la promenade et affichez-la dans la classe.
  3. Triez les photos en catégories et créez des symboles pour représenter, sur la carte, les éléments catégorisés
  4. Demandez aux élèves de placer les symboles aux endroits applicables sur la carte.
  5. Individuellement, demandez aux élèves d’afficher trois de leurs photos sur la carte.
  6. Après que tous les élèves ont affiché leur photo, donnez à chacun d’entre eux un bout de laine.
  7. Individuellement, les élèves doivent repérer au moins trois interdépendances climatiques parmi les éléments repérés dans leur région. Ils utilisent ensuite le bout de laine, ou un marqueur, pour créer une toile de toutes les interdépendances qu’ils repèrent sur la carte. À l’aide de papillons amovibles, les élèves doivent décrire les interdépendances choisies.

Outil : Journal

Encouragez les élève à écrire leurs réflexions tout au long du processus d’apprentissage. De cette façon, ils pourront regarder en arrière et faire le point sur leur épanouissement et leurs progrès relativement à leur attitude envers le changement climatique. En guise de journal, ils peuvent utiliser un cahier ou un document dans Google Docs.

Six chapeaux de réflexion de De Bono

À cette étape, les élèves pourraient être prêts à participer à une activité d’acquisition des connaissances en groupe. L’activité des six chapeaux de réflexion de De Bono encouragera les élèves à s’ouvrir à de nombreuses façons différentes de réfléchir aux provocations et aux idées qui ont été générées jusqu’ici. À chaque élève sera attribué un des six « chapeaux »de couleur différente, qui représente chacun une perspective différente au sujet du changement climatique et des raisons de s’en soucier. Cette activité a tendance à être très efficace quand les élèves travaillent en groupes.


Le tableau suivant fournir une brève description de la signification de chaque chapeau : (Pour obtenir une description détaillée de ces chapeaux et des exemples de questions, consultez notre Banque de stratégies de réflexion active) 

 
 Blanc Information Demander de l’information aux autres.
Noir Jugement Jouer à l’avocat du diable. Expliquer pourquoi une initiative échouera.
Vert Créativité Offrir des possibilités, des idées.
Rouge Intuition Expliquer les pressentiments, les sentiments, les instincts.
Jaune Optimisme Être positif, enthousiasme, solidaire.
Bleu Réflexion  Utiliser le raisonnement, la logique, l’intellect.
Il y a plusieurs options concernant la question à choisir pour réaliser cette activité : vous pourriez utiliser l’une des questions engendrées par les provocations ou la question générale que la classe a rédigée, ou vous inspirer d’un élément d’information, d’une perspective ou d’une observation qui suscite particulièrement l’intérêt de la classe.

Demandez aux élèves de remplir les colonnes « Savoir » et « Vouloir » d’un tableau SVA (Savoir-Vouloir-Apprendre) en lien avec les questions générales.

Utilisez les réponses pour orienter et guider le processus d’apprentissage. Elles peuvent donner une indication des concepts devant être précisés, des sujets que les élèves comprennent déjà bien et une indication générale de ceux que les élèves souhaitent approfondir.

Exemple de tableau SVA :

Activité 1 : Quelle est la différence entre la météo et le climat?

Activité d’une expérience réalisée au Little Shop of Physics de l’Université Colorado State

Cette activité est conçue pour préciser davantage les termes météo et climat. À l’aide d’une démonstration pratique (avec des bonbons M&M), les élèves documenteront les tendances dans une certaine région au fil du temps. Ils devraient comprendre la différence entre les deux termes,  les expliquer et être en mesure de faire la distinction entre les deux.

  • La météo désigne l’état quotidien de l’atmosphère et ses variations à court terme (de quelques minutes à plusieurs semaines). C’est ce que vous observez quand vous regardez dehors.
  • Le climat décrit l’éventail de phénomènes que vous êtes susceptible d’observer dans un certain endroit à un moment donné. Il décrit les tendances météorologiques moyennes et à long terme.

La démonstration est décrite ici

Activité 2 : Effet des gaz à effet de serre

Cette activité consiste à réaliser, en grand groupe, une expérience qui imite (à petite échelle) ce qui se produit dans l’atmosphère lorsqu’elle se gorge de GES.

Accéder à la simulation complète ici

 

Activité 3 : Effet naturel des gaz à effet de serre : donner la vie ou menacer la vie

Activity from Climate Change: Connections and Solutions, Western Washington University (2013) 

Cette activité a été conçue pour se familiariser avec les émissions de gaz à effet de serre par l’intermédiaire d’une simulation active. Elle exige un grand espace permettant aux élèves de courir. Chaque élève représente la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre ou une onde de lumière/de chaleur, Chacun incarne un rôle différent et éprouve les merveilles naturelles vitales des gaz à effet de serre.

Cette activité est suivie d’un compte rendu pour aider les élèves à consolider leur apprentissage de ce processus naturel. Ensuite, ils procéderont à une simulation différente : les effets anthropogéniques qui exacerbent le changement climatique. La modification du ratio des molécules pour représenter l’état actuel de l’atmosphère devrait radicalement altérer les résultats. Ces différences devraient faire l’objet de discussions et être utilisées pour inspirer des entretiens sur les mesures qui devraient être prises avec les élèves.

Toutes les directives de la simulation se trouvent dans les Outils pédagogiques.

Accédez à la leçon complète ici (p 19, en anglais seulement).


Activité 4: Tendances en matière de dioxyde de carbone

Activité tirée de Climate Change: Connections and Solutions, Western Washington University (2013)

Dans cette activité, les élèves exploreront les tendances à long terme en matière de dioxyde de carbone dans l’atmosphère au cours des 45 dernières années. Ils seront appelés à prédire les émissions futures en fonction du graphique et à examiner les données antérieures.

Après une discussion sur les émissions de gaz à effet de serre et sur les activités qui y contribuent, les élèves formeront des groupes de deux personnes et créeront un graphique à l’aide des données fournies par la Western Washington University et prendront note des tendances qu’ils observeront. À des fins de discussions, cette ressource fournit des questions qui portent sur la corrélation entre le dioxyde de carbone et le moment de l’année, la prévision de ses niveaux futurs en fonction des données antérieures et sur les activités susceptibles de ralentir ou accélérer ces niveaux.

Accédez à la leçon entière ici (page 19) (en anglais)

Cette étape est conçue pour encourager les élèves à intégrer et à synthétiser les idées principales. Quand les élèves établissent des rapprochements et des liens, ils sont en mesure de consolider leur apprentissage et d’approfondir leur compréhension.

Idée 1.  Suggestions de réflexions pour un journal :

  • Voilà les raisons pourquoi je me soucie du changement climatique.
  • En réfléchissant à ma question générale, l’importance de cette question et de ce qui je sais déjà.
  • Réfléchissez à la façon dont vous expliqueriez (texte ou dessin) les notions suivantes à quelqu’un : différence entre climat et météo, fonctionnement des émissions de gaz à effet de serre, le dioxyde de carbone comme principale cause du changement climatique.

Idée 2. Cartes de traitement visuel :

En utilisant un paquet de cartes de traitement visuel (), éparpillez-les sur le plancher ou une table. Demandez aux élèves de choisir une carte qui représente une leçon apprise pendant la journée. Idéalement, cette activité devrait être réalisée en cercle.

Idée 3. Le point sur la santé mentale :

L’apprentissage et l’enseignement du changement climatique peuvent être profondément déprimants, puisque cela exige l’acceptation de défis environnementaux et sociétaux d’une envergure jamais auparavant subie par l’humanité. Bien que le changement climatique soit un problème à grande échelle, il est également le résultat de nos choix et gestes collectifs. Il existe des stratégies pour atténuer les pires projections et, souvent, nous ne nous y attardons souvent pas assez.

Si les élèves se sentent dépassés par les événements, intégrez du temps de réflexion à vos leçons pour leur permettre d’écrire dans leur journal, de passer du temps dehors et d’honorer leurs émotions, telles que l’anxiété, la tristesse et le désespoir. Bien que l’avenir soit incertain, de nombreux gestes positifs sont posés à l’échelle mondiale qui, trop souvent, sont passés sous silence par les médias (consultez le The Happy Broadcast pour prendre connaissance de bonnes nouvelles, pour faire changement!). C’est essentiel de trouver des projets que les élèves peuvent entreprendre. Dans les thèmes suivants, il y a de nombreux exemples d’initiatives et activités scolaires. Pendant que nous oscillons collectivement entre l’optimisme et l’indignation, les récits du passé peuvent aussi être importants pour découvrir des voies vers l’optimisme.

Étude de cas : Deux milliards d’arbres et plus – Le legs d’Edmund Zavitz

Edmund Zavitz (1875-1968) a sauvé l’Ontario des ravages de l’érosion, d’inondations de plus en plus puissantes et d’incendies mortels. Des terres agricoles jadis très fertiles devenaient de plus en plus déserts. Des sites comme la Oak Ridges Moraine des déserts de poussière en raison des vastes activités de déforestation.

Zavitz a occupé les postes de forestier en chef de l’Ontario, de sous-ministre des forêts et de directeur de la reforestation. Il a entrepris son premier projet-pilote de reforestation en 1905 et, par la suite, il a expliqué au public et aux politiciens la nécessité de protéger les forêts de l’Ontario. Au milieu des années 1940, des autorités de conservation, des pépinières provinciales, de stations de foresterie et des règlements pour la protection des arbres avaient été établis. Les terres étaient en voie d’être rétablies.

Un mois avant son décès, un arbre a été planté par le premier ministre John Robarts pour porter le compte d’arbres à un milliard. Plus de deux milliards d’arbres de plus ont été plantés par la suite. En raison du travail de M. Zavitz, l’escarpement du Niagara, auparavant une un territoire désolé, a été nommé réserve de la biosphère mondiale de l’UNESCO. La nécessité de planter des arbres pour protéger notre avenir demeure le legs d’Edmund Zavitz.

Cette campagne massive de This massive de plantation d’arbres est survenue au cours des 100 dernières années – imaginez ce qui pourrait être accompli dans les 100 prochaines!

Les enseignants feront appel à des méthodes multiples pour évaluer l’apprentissage à divers stades. La méthode suivante représente une solution de rechange aux tests habituels et peut-être utilisée après le stade de la consolidation ou à tout autre moment pendant la leçon pour vérifier le niveau de compréhension des élèves.

  • Stratégie RAFT RAFT La stratégie RAFT (Role, Audience, Format and Topic – rôle, public, format et sujet) consiste à aider les élèves à comprendre leur rôle et à communiquer clairement leurs idées au public choisi. Elle tient compte des principes de Universal Design Learning (UDL) en encourageant des choix de formats et de sujets pour les devoirs. Les enseignants écrivent au tableau les divers choix et permettent aux élèves de sélectionner leur propre RAFT. Cliquez ici pour obtenir plus de renseignements sur cette stratégie. Cliquez ici pour obtenir plus de renseignements sur cette stratégie.

Exemples pour chaque catégorie de la stratégie RAFT

Le fait d’accorder du temps aux élèves pour passer à l’action est un aspect essentiel du processus d’apprentissage, car il habilite les élèves et atténue leur éco-anxiété.

Idées pour passer à l’action ::

  • Renseignez votre communauté au sujet des risques liés au changement climatique
    • Créez des affiches qui représentent certains des risques locaux
    • Organisez une assemblée pour présenter l’information d’une façon engageante
  • Procédez à un audit des déchets dans l’école et élaborez un plan pour réduire ces derniers
  • Prenez un engagement collectif ou personnel de modifier votre mode de vie
    • Réduire la consommation de viande
    • Réduire l’utilisation d’articles de plastique jetables
    • Aller à l’école à pied ou à vélo  

Autres exemples de projets ::

  • Project Drawdown, Chelmsford Valley District Composite Schools – Chelmsford, ON
    • ○ Les élèves ont été appelés à faire des recherches sur les 100 solutions au changement climatique présentées sur le site du Project Drawdown (en anglais seulement et de choisir celui qui, à leur avis, était le plus facilement réalisable par des familles et qu’ils pourraient encourager les autres à mettre en œuvre. Les élèves ont ensuite créé des vidéos, des présentations, des images infographiques ou des articles de journaux pour décrire les coûts et les enjeux liés à la mise en œuvre de la solution. Ils étaient très enthousiastes d’apprendre que les personnes individuelles peuvent poser des gestes pour changer les choses. Ils ont posé de nombreuses questions et effectué des recherches sur les coûts, après quoi ils ont déterminé si une solution était viable ou non pour eux et/ou la famille moyenne.
  • Campagne de sensibilisation au développement durable multidimensionnelle – Équipe écolo de l’école secondaire Grant Park – Winnipeg, MB (2019)
    • En créant et vendant des cotons ouatés et des « plantes dans un sac », l’équipe écolo de Grant Park a pu recueillir des fonds à l’appui de nombreuses initiatives de développement durable, dont : la tenue d’une assemblée sur la façon de transformer une passion pour les médias sociaux et pour l’activisme en changements concrets, l’organisation d’une campagne encourageant les élèves à s’engager à modifier un comportement pendant un mois, le déploiement d’efforts pour remplacer l’éclairage de l’école par des ampoules DEL, la revendication d’un meilleur système de recyclage dans l’école, l’achat des matériaux nécessaires à la construction d’un vermicomposteur. voir leur projet ici